En route vers de nouvelles aventures

Retrouvailles arrivée Vendée Globe (photo JM Liot)

Après 10 ans de courses sous les couleurs de Campagne de France, avec la participation au Vendée Globe 2020-2021 pour clore cette belle histoire, Miranda et Halvard travaillent sur de nouveaux projets et aventures. News à suivre !

Les navigatrices du Vendée Globe au Sénat aujourd’hui 20 mai

Les 6 navigatrices ayant participé à la dernière édition du Vendée Globe sont reçues aujourd’hui au Sénat.
Clarisse Crémer, Pip Hare, Miranda Merron, Sam Davies, Isabelle Joschke et Alexia Barrier, à l’invitation de la sénatrice de la Vendée Annick Billon, présidente de la délégation aux droits des femmes.
PROGRAMME :

Rencontre avec les skippeuses du Vendée Globe 2020-2021

Organisée par la Délégation aux droits des femmes du Sénat, ouverte aux membres du groupe d’étude Pratiques sportives et grands événements sportifs

Jeudi 20 mai 2021 9h – 11h30 

Salle Médicis – Palais du Luxembourg

8h50 : photo sur le Grand Perron (ou à défaut au pied de l’escalier d’honneur)

1.    Mot d’accueil d’Annick Billon, Présidente de la délégation (9h-9h05)

2.    Présentation par les skippeuses de leur parcours et de leurs motivations personnelles pour participer au Vendée Globe (9h05-9h30)

3 minutes d’intervention liminaire chacune, dans l’ordre de passage de la ligne d’arrivée : Clarisse Cremer, Pip Hare, Miranda Merron, Alexia Barrier, Isabelle Joschke et Samantha Davies

3.    La place des femmes dans le monde de la voile professionnelle, en solitaire et en équipage : défis et opportunités (9h30 – 10h15)

Première intervention : Clarisse Cremer (qui devra partir à 10h)

Puis interventions libres des autres skippeuses

4.    L’engagement en faveur de la mixité et de l’égalité (10h15-10h45)

Intervention d’Isabelle Joschke sur son association Horizon Mixité : https://isabellejoschke.com/la-skipper/horizon-mixite/

Interventions libres des autres skippeuses

5.    Temps d’échanges avec les sénatrices et sénateurs – membres de la Délégation aux droits des femmes et membres invités du groupe d’étude sur les « Pratiques sportives et grands événements sportifs » (10h45-11h15)

Photos : Julie Cornille

Après 10 années d’aventures partagées avec Halvard Mabire et Miranda Merron Les Maîtres Laitiers du Cotentin changent de cap !

Après 10 années d’aventures partagées avec Halvard Mabire et Miranda MerronLes Maîtres Laitiers du Cotentin changent de cap !Après dix années d’une intense collaboration qui a porté la marque Campagne de France d’une victoire à la Transat Québec-Saint Malo 2012 en Class40 aux pontons du dernier Vendée Globe en Imoca le 17 février 2021, Les Maîtres Laitiers du Cotentin ont considéré que le projet initié en 2011 avec Halvard Mabire et Miranda Merron avait franchi la ligne d’arrivée.

Dix années riches en résultats dans les plus grandes courses océaniques, Les Sables-Horta, deux Routes du Rhum, deux Jacques Vabre, deux Rolex Fastnet Race mais aussi sept Normandy Channel Race, entre autres, en duo ou en solitaire avec, pour finir, l’apothéose du Vendée Globe 2020-2021. Au-delà d’exposer la marque Campagne de France pour la faire mieux connaître, l’objectif initial était d’abord d’accompagner et soutenir Halvard Mabire, natif du Nord-Cotentin, là où sont également les racines de la Coopérative des Maîtres Laitiers, en y engageant des valeurs communes.Ce partenariat, nourri par de riches relations humaines et deux personnalités charismatiques du monde de la voile, a pleinement donné satisfaction au Groupe MLC qui a entraîné dans son sillage, ses producteurs, ses collaborateurs des sites de transformation et du Réseau France Frais, ainsi que ses milliers de clients. Tous ont partagé les dix années d’aventures et, pour finir, vécu avec admiration et respect le quotidien de Miranda Merron durant 101 jours de son tour du monde.Après avoir permis à Miranda d’aller au bout de son rêve avec le Vendée Globe, Les Maîtres Laitiers du Cotentin souhaitent bon vent à leur duo d’exceptionnels navigateurs et bonne chance dans leur quête de nouveaux horizons.
Cherbourg le 16 septembre 2014 Class 40 Campagne de France, Skippers Halvard Mabire (Fra) and Miranda Merron (GBR), préparation Route du Rhum destination Guadeloupe 2014. Photo © Jean-Marie LIOT

Pied à terre!

Miranda Merron : J’ai toujours été de bonne humeur!

Radieuse, étonnée de susciter autant d’intérêt et d’admiration, Miranda la discrète s’est livrée avec enthousiasme aux interviews d’arrivée :

« J’ai été de bonne humeur la plupart du temps. J’ai essayé de profiter de chaque moment. Je n’ai pas eu de gros soucis techniques, à part le premier mois de course. J’ai commencé à mieux naviguer une fois dans le grand sud. Je suis très heureuse d’être ci, d’avoir bouclé le tour, et fière pour ceux qui y ont cru, comme Halvard qui a lancé il ya 18 mois ce pari fou de me permettre de faire le Vendée Globe. Je suis très fière, simplement fière. Il y a eu énormément de bons moments notamment le passage du Horn, avec une journée magnifiques quand le Horn est apparu derrière un grain. Le parfum de la latere humide m’a assailli. C’était envoutant, enivrant. J’ai vu la Terre de Feu et les îles des Etats, une zone fascinante et menaçante. Après 62 jours sans voir de terre, c’était magique. Mon but était de boucler le tour, dans les temps de référence du bateau, ce que j’ai fait. J’ai navigué de manière conservatrice car le but était de finir. Les moments difficiles, c’était les grosses tempêtes, qui font peur. La remontée de l’Atlantique a été longue et compliquée. Mais j’ai toujours été de bonne humeur. Aucun moment de désespoir. Je suis très fière d’être la 5ème Britannique à boucler un Vendée Globe. Avant l’arrivée d’Alexia Barrier, il y a pour l’heure plus d’Anglaises qui ont terminé un Vendée Globe que de Françaises. J’ai été en très grande forme durant trois mois, mais depuis que j’ai franchi la ligne, toute la tension retombe et j’ai mal partout. »

En bref :
La navigatrice Britannico-Normande Miranda Merron a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe hier mercredi 17 février à 23 heures, 16 minutes et 51 secondes. Elle prend la 22ème place de la course, sur 33 partants. Son temps de course est de 101 jours, 8 heures, 56 minutes et 51 secondes. Miranda est la 9ème femme à compléter un Vendée Globe, et la 5ème navigatrice Britannique.

Elle a parcouru les 24 365 milles du parcours théorique à la vitesse moyenne de 10,01 noeuds
Distance réellement parcourue sur l’eau : 27656 milles à 11,37 nœuds de moyenne
 
LES GRANDS PASSAGES
Equateur (aller) 
27e le 25/11/2020 à 22h40 UTC après 17j 09h 20min de course, 7j 09h 21min après Alex Thomson (HUGO BOSS)
Cap de Bonne-Espérance
24e le 11/12/2020 à 06h29 UTC après 32j 17h 09min de course, 10j 07h 18min après Charlie Dalin (Apivia)
Cap Leeuwin
23e le 26/12/2020 à 03h38 UTC après 47j 14h 18min de course, 12j 16h 12min après Charlie Dalin (Apivia)
Cap Horn
23e le 17/01/2021 à 09h23 UTC après 69j 20h 03min de course, 14j 19h 40min après Yannick Bestaven (Maître CoQ IV)
Équateur (retour) 
23e 02/02/2021 à 10h11 UTC après 85j 20h 51min de course, 16j 14h 59min après Louis Burton (Bureau Vallée 2)

Miranda Merron – Campagne de France – 22ème de la 9ème édition du Vendée Globe!

La navigatrice Britannico-Normande Miranda Merron a franchi la ligne d’arrivée du Vendée Globe aujourd’hui mercredi 17 février à 23 heures, 16 minutes et 51 secondes. Elle prend la 22ème place de la course, sur 33 partants. Son temps de course est de 101 jours,  8 heures,  56 minutes et  51 secondes.  Miranda est la 9ème femme à compléter un Vendée Globe, et la 5ème navigatrice Britannique.

A suivre jeudi matin à partir de 8 heures la descente du chenal…. https://www.vendeeglobe.org

Miranda attendue vers 23 heures ce soir! le chenal demain matin!

Miranda Merron devrait s’adjuger la 22ème place du Vendée Globe 2021 ce soir vers minuit. La marée ne sera plus favorable et la navigatrice de Campagne de France passera une ultime nuit en mer en compagnie de Halvard Mabire et d’amis-équipiers, dont le navigateur Louis Duc.

Elle fera son entrée demain matin à partir de 8 heures et descendra le chenal pour rallier le ponton concurrent et suivre le protocole traditionnel d’arrivée.

A suivre en direct live sur le site de la course et sur la page Facebook dédié.

https://www.vendeeglobe.org

Photos : Miranda

Dernière journée de mer!

Dernier lever de soleil, seule en mer aujourd’hui pour Miranda Merron. La skipper Britannico Normande est en passe de boucler, ce soir probablement, SON Vendée Globe, ce pari fantasmé d’un tour du monde à la voile, en solitaire, sans escale ni assistance. 

Au terme de 101 jours passés seule à bord de son monocoque Campagne de France, elle va mettre un terme au plus haut fait d’arme de sa longue carrière qui l’a déjà vue écumer tous les océans du monde. Elle deviendra ce soir la 9ème femme et 5ème Anglaise à terminer un Vendée Globe. Un véritable exploit que salue avec émotion une de ses inspiratrices, la légende de la voile anglo saxonne Tracy Edwards, capitaine du maxi catamaran Sun Alliance à bord duquel Miranda, en compagnie d’une certaine Samantha Davies, avait tenté le record du Trophée Jules Verne ; « Ce que tu as réalisé est absolument spectaculaire. Je sais ce que tu as du traverser pour accomplir cela. Tu es la 9ème femme à réaliser cet exploit. Nous sommes toutes très fières de toi… » A moins de 170 milles de la ligne d’arrivée au premier pointage du matin, Miranda a connu une nuit placée sous le sceau de l’extrême prudence et de la veille aux nombreuses embarcations de pêche à l’arrêt dans le golfe de Gascogne. Elle a ralenti l’allure élevée qui était la sienne durant toute la journée d’hier et a repoussé à plus tard l’heure du repos. Comme pour les 21 coureurs qui l’ont précédée, Miranda se soumettra ce soir aux exigences de la marée qui, après 20 heures, l’empêcherait de descendre le chenal des Sables et de rejoindre le ponton d’arrivée. Si tel était le cas, elle passera une ultime nuit à bord, en compagnie d’Halvard Mabire, l’homme qui a rendu cet incroyable pari possible, pour  rallier le ponton d’arrivée demain matin. On en saura plus aux pointages de la mi journée.

Le mot de la nuit :

« Je suis terrorisée et stressée à l’idée de connaitre la même mésaventure que Boris (Herrmann) qui avait percuté un bateau de pêche. Il y en a partout autour de moi. J’espère qu’ils sont e veille radar. Moi je le suis en tous cas. Je commence seulement à penser à l’arrivée. Je ne réalise pas vraiment. La transition avec le monde des terriens va être brutale….

Miranda

Dernière ETA  (Estimated Time of Arrival) : Entre 18 et 22 heures ce soir.

Photo : Bertrand Duquenne

Miranda at Cape Finisterre

This morning, Miranda leaves the Cape Finisterre Traffic Separation System to starboard, at the western tip of the Iberian Peninsula, this area of heavy cargo traffic prohibited to Vendée Globe sailboats.

The Bay of Biscay now offers itself to her, in all its tricky components for any sailor who has been at sea for 99 days in solitude. The sea is still rough, and the wind from the South West is strong. Miranda took the opportunity yesterday to climb north along Portugal, at nearly 13.5 knots average speed. She is certainly eager to arrive! In any case, she continues to leave emotions at bay, always so surprisingly serene, mastering her art of good sailing, which has so far enabled her to triumph over the worlds oceans. With humility, silent courage, the know-how instilled by partner on land and at sea Halvard Mabire, Miranda is on the way to achieving what only 8 women before her have been able to achieve, to finish a Vendée Globe. It’s most likely she will arrive Thursday morning and become the 5th British sailor to achieve the ultimate maritime feat, after Ellen McArthur, Dee Caffari, Samantha Davies and Pip Hare. Yes, more English women have completed a Vendée Globe than French women…

A word from onboard:

« Welcome sunshine after a rather busy, wet and very dark night with two consecutive cold fronts. I chose to go outside the verboten Traffic Separation Scheme as the sea state inshore must be truly impressive. Also, the wind accelerates significantly around Cape Finistere and there is enough here as it is, and the second front has stalled over the land 50 miles away – the sun has just risen above it.There are quite a few ships on this side of the TSS too. Short naps only to weave amongst the traffic. 
Now to work out the quickest, but not necessarily the windiest route to Les Sables d’Olonne…
Miranda/ Campagne de France »

Miranda au cap Finisterre!

Miranda laisse ce matin sur tribord le Dispositif de Séparation de Trafic du Cap Finisterre, à la pointe occidentale de la péninsule Ibérique, ce rail, cet autoroute à cargos interdit aux voiliers du Vendée Globe. 

Le Golfe de Gascogne s’offre désormais à elle, dans toutes ses composantes piégeuses pour tout marin entamé par 99 jours de mer en solitude. La mer est toujours formée, et le vent de Sud Ouest puissant. Miranda en a profité hier pour réaliser une remontée expresse le long du Portugal, à près de 13,5 noeuds de vitesse moyenne sur la route. Aurait-elle si grande hâte d’arriver? Elle n’en laisse en tous cas rien paraitre, toujours aussi étonnamment sereine, en maitrise de son art de bien naviguer, qui lui a jusqu’à présent permis de triompher de tous les océans du monde. A l’humilité, au courage silencieux, au savoir tout bien faire inculqué par le Maitre Halvard Mabire, la plus Normande des Britanniques est en passe de réaliser ce que 8 femmes seulement avant elle ont été en capacité de réaliser, terminer un Vendée Globe. Jeudi matin très probablement, Miranda Merron deviendra la 5ème navigatrice Britannique à réaliser l’exploit maritime suprême, après Ellen McArthur, Dee Caffari, Samantha Davies et Pip Hare. Oui, plus d’Anglaises ont bouclé un Vendée Globe que de Françaises. 

Le mot de la nuit :

« Soleil bienvenu après une nuit plutôt intense, humide et très noire, avec les passages consécutifs de deux fronts. J’ai choisi de passer à l’extérieur du Dispositif de séparation du Trafic, car l’état  de la mer près des côtes doit être vraiment impressionnant. De plus, le vent accélère très fort en passant le cap Finisterre, et j’en ai suffisamment là où je me trouve. Le deuxième front s’est bloqué à un e cinquantaine de milles. le soleil vient de se lesver juste au dessus de ce front. Il y a pas mal de bateaux de ce côté de la DST. Je fais des petites siestes tout en zigzaguant au milieu du trafic.

A présent, je dois faire la route la plus rapide, pas forcément la plus ventée vers Les sables d’Olonne. »

Miranda/ Campagne de France

Ballade Ibérique!

Miranda entame son 99ème jour de mer à quelques 230 milles dans l’Ouest du Cap Saint Vincent, au sud du Portugal. 

Elle a parfaitement négocié le contournement par le Sud de la dépression qui balaie les Açores depuis plusieurs jours, évitant le plus fort du vent de Sud Ouest, et cette mer très creusée et casse – bateau. Ce bon sens marin lui permet d’envisager ce dernier lundi en course avec sérénité. En ligne directe vers le cap Finisterre et la zone interdite du Dispositif de Séparation du Trafic, elle ne commencera ses derniers empannages stratégiques qu’une fois dans le golfe de Gascogne, demain après midi. Son ETA, heure estimée d’arrivée, deviendra alors plus précise entre mercredi à la mi-journée ou en soirée. Sans témoigner de la moindre impatience, toujours aussi zen, sereine et heureuse en mer, Miranda commence imperceptiblement à se préparer à son retour sur terre. Elle a vendredi dernier partager un dernier « friday nite beer » avec sa copine Samantha Davies en route elle aussi, bien qu’hors course, vers les Sables d’Olonne. « Il y a longtemps que j’ai partagé avec Neptune les deux bières sans alcool du bord » raconte t’elle. « Mais nous avons respecté avec Sam notre rendez vous téléphonique du vendredi soir, notre « soirée au pub » à nous, version Vendée Globe… »

Le mot de la nuit :

« C’est probablement mon dernier lundi au bureau sur cette course si particulière. Le vent est très instable en force comme en direction, exigeant du pilote automatique des ajustements permanents. Le front froid devrait peser ce soir, probablement à la nuit tombée pour rendre les choses plus intéressantes. Pas mal de bateaux de pêche autour de moi. Je suis à 320 milles du goulet d’étranglement de la zone d’interdiction du Cap Finisterre. »

Miranda/ Campagne de France

Photos : Miranda Merron