Transat retour mars 2017 – 2ème partie

DSCN1241Jeudi 23 mars 2017

 

Campagne de France mardi à Cherbourg

 

Halvard Mabire et Miranda Merron mettront mardi prochain à Cherbourg un point final à leur longue, fructueuse et difficile campagne hivernale. Avec plus de 7 000 parcourus en Atlantique et dans la Caraïbe, majoritairement en course, avec dans leur escarcelle une victoire dans la RORC Transatlantic race, et une deuxième place dans la Caribean 600, ils ont rempli tous leurs objectifs d’entrainement et d’optimisation du bateau. La transat retour depuis Antigua leur a infligé des conditions proches du « dantesque », dont ils se sont acquittés avec le sens marin qu les caractérise. Ils respectent depuis ce matin une halte à l’Aber Wrach, le temps de laisser passer le mauvais coup de vent qui va balayer le Cotentin ce week-end. Ils sont attendus à Cherbourg mardi matin.

 

« Nous faisons halte aux Abers (Aber Wrach ou Aber Benoit) – Jacques Caraes nous y attend…
Comme ça, nous avons passé la frontière de « nos eaux de t’cheu nous » (La Basse de Porsall) et aussi cela nous rapproche plus de Cherbourg que Brest car le Four est déjà passé.
Nous laissons passer le grand frais de NE du weekend et nous repartons lundi pour ainsi programmer une arrivée à Cherbourg fiable mardi en fin de matinée.

En rasant les cailloux entre le Four et le Libenter (bouée à l’entrée du chenal de l’Aber wrac’h), j’ai découvert au large de Portsall un plateau de haut fond au nom assez choisi de « Corn ar C’hleus ». Ces mauvais pavés ont-ils été nommés discrètement sous l’Occupation? Toujours est-il que pour l’instant aucune ligue de protection des touristes allemands n’a encore déposé une quelconque plainte et preuve en est qu’en utilisant à bon escient les langues régionales on peut dire n’importe quoi.
Et il doit y en avoir des tonnes comme ça. La lecture des cartes ou d’un Atlas est toujours un ravissement pour les divers joyaux que l’on peut y trouver en ce qui concerne les noms de lieu, et un esprit mal tourné comme le mien pourra toujours y trouver matière à plaisanterie douteuse, en oubliant soigneusement toute notion de toponymie pour laisser libre cours à une imagination graveleuse et dénuée de toute trace de culture. »DSCN1214

Télécharger le fichier joint

Leave a Reply